Top-sites !
UshinaSei by Kurokineko on Grooveshark

 
Oha' minna, n'hésitez pas à vous inscrire dans ce fab' forum ! /o/
Pour toute inscription dans le groupe Royal Guard, nous accordons un bonus de 30 points à la validation.
Et 20 points pour ceux qui souhaitent rejoindre United Heroes et Strike Force !

Partagez | 

[ABANDON] Au coin du feu ~

Aoi SoraMessages : 21
Opales : 1274
Date de naissance : 21/07/1990
Age : 27
Localisation : Dans tes fesses.
Humeur : Taquin.
Commentaires : J'aime le boudin vivant !

ID CARD
Rôle: Aventurier o/
Âge: 16 ans.
Inventaire:
avatar
United Heroes

MessageSujet: [ABANDON] Au coin du feu ~   Mar 21 Oct - 22:31


❝ Au coin du feu ~
• feat. Asuna Watanabe •



De toute évidence, Aoi venait à nouveau de se perdre dans un quartier complètement inconnu. Le jeune homme, soupirant doucement de sa propre maladresse, marchait dans les rues complètement inanimées de ce quartier. Il regardait le ciel, le paysage… Des bâtiments désaffectés, sûrement utilisés pour quelques réunions de clans, quelques lampadaires à moitié allumés, et une ambiance plutôt mystérieuse et inquiétante. Cependant, le garçon restait d’humeur chantante et joyeuse. Il était bien excité, car ce décor vide lui faisait beaucoup penser à un des stages de survival horror qu’il aimait tant ! Déjà, la soirée commençait bien, pour lui, avec cette impression d’être le héros principal de cette nuit. Bon, il s’en voulait tout de même de s’être perdu au milieu de nulle part, bien sûr, mais c’était encore à cause d’une de ses maladresses qui le faisait tant blâmer au fond de lui.

En effet, vers le milieu de l’après-midi, l’adolescent avait décidé de faire une petite balade en vélo. Oui, c’était nettement moins classe qu’une ballade en moto ou en voiture, ça, c’est certain… Mais de toute manière il ne savait pas conduire, et s’arrangeait pour ne croiser personne. Le point positif était que le vent qui caressait ses joues, si frais et agréable, l’apaisait. Il n’était pas violent comme en moto, et au moins, le port d’un casque n’était pas nécessaire. Puis, partir à l’aventure à l’improviste était quelque chose qu’Aoi adorait plus que tout. En ce jour, donc, il partit en direction du sud, par le biais de petites routes presque campagnardes, tranquilles, et moussant de verdure vivifiante.

Mais à la tombée de la nuit, le jeune homme s’était retrouvé là. Dans les quartiers déserts du sud, sans personne, à part quelques No Name qui cherchaient de quoi survivre, une planque d’une nuit, ou même définitive… Mais ils étaient cachés, de toute évidence. L’ambiance de ces lieux donna immédiatement envie à Aoi de poursuivre les découvertes. Qui sait, il trouverait peut-être de la nourriture encore potable ? Mais avant tout, il allait assouvir ses besoins d’aventure et d’action. Car la vie ces temps-ci était devenue un peu ennuyeuse à son goût. Bon, il n’était pas fou, il était conscient de la situation. Mais il était également vrai que le quotidien devenait répétitif, que la gue-guerre qu’engageaient des centaines d’enfants chaque jours restait une habitude, et que les affaires à régler étaient toujours les mêmes. Là, ça promettait davantage !

Se promenant d’un pas sûr dans les rues sombres, un grand sourire captivé aux lèvres, Aoi guettait n’importe quel bâtiment qui aurait pu abriter quelque chose d’intéressant. Et car il comptait évidemment dormir ici, l’adolescent cherchait également du regard un endroit qui pourrait être accueillant ou confortable. Même si les façades grisâtres des maisons et les fenêtres cassées n’engageaient à rien de bien intéressant, l’espoir et la volonté y étaient.

Puis, il trouva enfin ! Au coin d’une rue silencieuse et plongée dans l’ombre presque en totalité, il y avait un bâtiment dont les fenêtres étaient intactes. Un grand bâtiment en briques rouges, dont les volets étaient clos, où l’on pouvait apercevoir à travers la fente un petit faisceau de lumière faible. Rien que cela donna envie au jeune homme d’entrer ! Aussi incroyable que cela puisse paraître, et sûrement par chance, la porte d’entrée, en bois assez lourd, était ouverte. Cependant, une petite clochette sonna. C’était un son doux, qui fit sourire Aoi. Il avait l’impression d’entrer dans une auberge, où il pourrait dormir. Mais la clochette allait sûrement alarmer quelqu’un à l’extérieur, ou bien une bonne âme qui habitait ici et abritait d’autres enfants, ce qui était sûrement très peu probable vu la situation actuelle du monde… Mais l’enthousiasme avait totalement submergé l’adolescent. Il ferma la porte derrière-lui, et détailla d’un regard chaque recoin de la pièce. Chaleureux, c’est le premier mot qui lui vint à l’esprit. La pièce était éclairée au feu d’une cheminée, deux gros canapés décoraient cette pièce, une table basse… Franchement, Aoi se demanda comment il était possible qu’un tel endroit existe dans les conditions actuelles de vie dans les quartiers déserts. Il était assez bouche-bée, impressionné. Il ne s’y attendait pas, voilà tout… En même temps, il est envisageable qu’un habitant très discret, dans une des rues les moins fréquentées d’Akashiki, ait laissé sa porte ouverte par inattention… Ou bien que le lieu ait juste été découvert peu avant, et que quelqu’un avait eu l’intelligence d’allumer la cheminée pour se réchauffer. Après tout, sans son feu chaleureux, la pièce n’avait pas grand-chose à envier.

Alors qu’il réfléchissait à cela, Aoi crut entendre, dans la pièce, un bruit. Il sursauta, ce qui était surprenant de sa part, et tourna la tête dans tous les sens, pour trouver, au final, une jeune fille dans le coin de la pièce, qui semblait avoir ‘fui’ sa présence, en vain. Avait-elle peur de lui ? Elle semblait plutôt méfiante, à cet instant, après tout. Mais il n’était pas dingue au point de foncer vers elle et de la terroriser davantage… Du moins pour le moment. Aoi adressa un sourire rassurant à la jeune femme, après tout il venait de s’introduire ‘chez elle’.

« Hey, n’aies pas peur, je ne te ferais pas de mal ! Je venais juste pour me reposer, je peux ? »

Sans aucune gêne, l’adolescent s’assit dans un des canapés, positionné en face de la jeune femme, comme pour lui montrer qu’il n’allait pas s’approcher si elle ne lui demandait pas, et qu’il comptait pleinement coopérer. Son sourire était désormais ancré sur ses lèvres enjouées.

•••

code par Skank aka Achiavel sur Apple-Spring


HRP:
 
Asuna WatanabeMessages : 163
Opales : 1446
Date de naissance : 30/05/1997
Age : 20

ID CARD
Rôle: Vagabonde °w° !
Âge: 17 ans
Inventaire:
avatar
No Name

MessageSujet: Re: [ABANDON] Au coin du feu ~   Mer 22 Oct - 23:53
Au coin du feu


Comme toujours, Asuna marchait. Restant dans les ombres, elle avançait vers un endroit qu'elle espérait calme... C'est-à-dire... Le quartier sud d'Akashiki. Oui bon, elle ne connaissait pas très bien ce coin-là donc bon, ça n'allait pas être simple. Faut dire qu'avant l'incident, elle restait plus dans le quartier est et le centre-ville qu'autre chose. M'enfin.

J'en étais où ? Ah oui, elle avançait ! … Bon ça, vous l'avez compris.

Le soleil était en train de se coucher, ce qui n'aidait pas vraiment la jeune Watanabe à se calmer... Parce que oui, elle était stressée, comme toujours. Bref. Le fait que la nuit approche était à double tranchant – d'un côté ça lui permettait de mieux se cacher, de l'autre ça permettait aux autres de se cacher également ! Asuna, parano sur les bords ? Naan. Bon en même temps elle fait bien, ça pourrait très bien la sauver ça... Enfin peut-être pas.

Regardant autour d'elle, la jeune fille aux yeux verts remarqua qu'elle était arrivée dans une zone... pas franchement très rassurante, en fait. Des bâtiments gris, moches, en mauvais état... gah, ça lui faisait froid dans le dos, à la pauvre miss. Le pire dans tout ça, c'était le bruit de verre craquant sous ses chaussures. Asuna avait tellement peur d’alerter des gens à cause de ce si petit bruit...
Décidément, cette vie n'était pas faite pour elle...

Alors, elle le remarqua. Le Saint Graal ! … Non pas vraiment mais presque. Une belle maison, en jolies briques rouges. Grande, assez ancienne, tenant fièrement au milieu de tous ces bâtiments... Moches. Immédiatement, elle fut comme 'attirée' par la bâtisse et se dépêcha donc de s'en approcher.

Timidement, elle tendit la main vers la poignée de porte...
Arg. Fermée.

La demoiselle soupira alors – ça faisait longtemps, tiens ! – avant de se souvenir de quelque chose...
C'est qu'elle savait crocheter les serrures, la petite ! Oui bon la regardait pas comme ça, elle avait appris peu de temps avant la disparition des adultes, lors d'une de ses journées « je me perds sur!Youtube et j'vois bien comment ça finit ! ». Bon timing, en effet.

Retirant son sac de son dos, elle fouilla dedans à la recherche d'un certain type de pince à cheveux. Elle en avait, elle le savait ! Ah ! Bingo ! Souriant alors, elle sortit deux pinces de son sac et commença immédiatement à déplier une des deux pinces, avant d'en retirer l'extrémité arrondie – ce truc-là servait à rien. Enfin, si. A vous donner l'impression que vous allez vous arracher les dents dessus en le retirant !
Continuant, la jeune fille plia l'autre partie de la pince pour pouvoir mieux la tenir, avant de mettre l'autre extrémité dans le verrou pour pouvoir la plier un peu, comme il le fallait... Et hop, le « crochet » était fait !
Attrapant la deuxième pince, elle plia simplement le côté dont elle avait besoin, qui lui servirait de « levier » pour tourner le verrou une fois celui-ci ouvert. Première étape finie~ !

De la pression. Il faut appliquer une pression au levier. Pour pouvoir tourner le verrou dès qu'il sera ouvert. Aaah c'est stresssaaaant...
Remettant le crochet dans la serrure, Asuna se concentra. Trouver les bidules qui résistent... Puis les remonter un à un...
CLICK
Ah ! Elle en avait trouvé un ! Et même qu'elle avait réussi à le remonter dans la serrure ! Elle y était presque !

Se collant presque à la porte, miss Watanabe faisait de son mieux pour rester concentrée sur ce qu'elle faisait. C'était pas évident dans un sens... Urg. Trop de chances de se faire capter puis tabasser par un quelconque passant lambda. Non non non, se concentrer !

CLICK
CLICK CLICK
CLICK CLICK CLICK

Elle l'avait fait ! Elle avait réussi à crocheter ce fichu verrou !
Asuna, crocheteuse de verrou professionnelle depuis cet instant même ! Ahem.

Se relevant un peu trop vite tout en oubliant de tourner la poignée, Asuna manqua de se manger la porte en pleine figure. Aaah l’enthousiasme. Parfois c'était chiant. Surtout quand on manque de se casser le nez à cause de ça.

Tournant la poignée, cette fois-ci, la demoiselle ouvrit la porte et... sursauta. Ouaip. Foutue clochette. Ou comment refaire stresser Asuna en trois secondes.
La jeune Watanabe rentra alors dans la pièce, laissant au passage la porte se refermer seule. Puis, elle fixa ce lieu inconnu, y cherchant quelque chose d’intéressant … Canapés, table basse, cheminée... Minute, cheminée ?!

La demoiselle se dirigea alors rapidement vers cette dernière, fixant immédiatement les cendres... noires, froides... Aucun habitant n'avait donc allumé de feu récemment. Ah, ce soulagement de malade.
Se relevant, Asuna chercha du regard de quoi faire un feu...

- Autant en profiter...

Regardant dans tous les recoins de la pièce, n'osant pas vraiment s'aventurer plus loin, la miss trouva un tas de bûches coupées, mises un peu n'importe comment.
Bon, elle avait le bois, manquait plus que la flamme... Briquet, allumettes, silex, n'importe quoi !
Bordel, un Dieu avait dû décider de l'aider aujourd'hui. En effet, elle venait tout juste de trouver une boîte d'allumettes à moitié vide.

Attrapant quelques morceaux de bois et les allumettes, elle se dirigea de nouveau vers la cheminée, et y déposa les bûches avant de... réfléchir. Comment faire ? Juste mettre l'allumette dedans et attendre ? Naaan.
Asuna attrapa alors le journal qui traînait derrière elle sur la table basse et en arracha deux pages, qu'elle plia avant de leur mettre feu. Elle mit au final sa petite torche improvisée sur les bûches, qui finirent par prendre feu au bout d'un peu de temps...

Aaah, allait-elle avoir droit à un repos bien mérité ? Espérant cela, Asuna s'installa dans un des canapés, savourant la chaleur qui commençait à s'étendre dans toute la pièce. C'était si... agréable. Et si peu familier. En même temps, sa seule source de chaleur maintenant c'était son plaid qu'elle avait récupéré il y a peu. C'était mieux que rien, c'est sûr, mais comparé à la chaleur d'un feu de cheminée... Ce n'était rien.








Peu de temps après s'être installée sur le canapé, la demoiselle commença à somnoler. C'est étrange, elle se sentait tellement bien ici... Enfin, jusqu'à ce qu'elle entende le bruit d'une clochette.

Une clo...chette... ?



LA PORTE MERDE.

Donc, comme vous l'avez sûrement compris, quelqu'un venait de rentrer dans le bâtiment où l'adolescente était. Cette dernière, complètement dans le gaz, se releva en sursautant, attrapant son sac et essaya de s'enfuir...
En vain.

Vous avez déjà essayé de vous enfuir alors que vous êtes à moitié endormi ? C'est franchement pas une bonne idée. Sauf si vous voulez faire un câlin au sol... C'est d'ailleurs ce qu'Asuna fit à cet instant même.
Oh gentil sol, merci d'être là pour rattraper cette pauvre demoiselle.

Bref, la miss se releva alors du mieux qu'elle put, avant de se plaquer au mur le plus proche, fixant le nouvel arrivant.
Des cheveux très pâles, des yeux rouges... Oullaaaa... C'est que c'était pas rassurant ça en fait.

- Hey, n’aies pas peur, je ne te ferais pas de mal ! Je venais juste pour me reposer, je peux ?

Pas... De mal... ? Vraiment … ? Aish, comment pouvait-elle en être sûre, hein ?! Elle avait envie d'y croire, bien sûr, mais en même temps...

- … … oui … ?

Arg, foutu corps débile qui réagit parfois trop vite. C'était juste la deuxième fois que ça arrivait aujourd'hui ! Asuna leva alors les yeux au ciel – enfin, plafond –, plus ou moins exaspérée par sa propre conduite. Si son frère avait vu ça, il l'aurait engueulé...

Nouvelle erreur : penser au frangin. La demoiselle avait donc maintenant une expression triste placardée sur le visage, comme toujours lorsqu'elle pensait à lui.

Une telle expression devant un inconnu... Elle allait paraître tellement faible. Bien que ça soit la vérité, ça ne plaisait pas des masses à Asuna...

Asuna qui décida au passage de s’asseoir contre le mur qui la retenait actuellement debout.
C'est qu'elle était méfiante, la miss.



HRP:
 
http://mai-3-tomoakii.tumblr.com/
Aoi SoraMessages : 21
Opales : 1274
Date de naissance : 21/07/1990
Age : 27
Localisation : Dans tes fesses.
Humeur : Taquin.
Commentaires : J'aime le boudin vivant !

ID CARD
Rôle: Aventurier o/
Âge: 16 ans.
Inventaire:
avatar
United Heroes

MessageSujet: Re: [ABANDON] Au coin du feu ~   Jeu 23 Oct - 21:12


❝ Au coin du feu ~
• feat. Asuna Watanabe •



Avant tout, le feu donnait une ambiance bien plus chaleureuse à la salle. Si les deux adolescents s’étaient rencontrés dans une pièce froide, sombre, cela aurait été un petit peu plus effrayant. Déjà, Aoi aurait eu une peur immense en voyant quelqu’un d’autre, dans l’obscurité, debout. A vrai dire, cela l’aurait même complètement traumatisé ! C’est une scène présente dans tous les films d’horreur, l’enfant debout dans le noir au coin d’une pièce. Enfin, de toute manière, dans l’actuel, ce n’était pas le cas. Il était là, assis, en face d’elle, d’humeur amicale. Enfin, Aoi n’était tout simplement jamais énervé, alors comme ça, c’était réglé ! Mais maintenant qu’ils étaient là tous les deux, l’adolescent décida de mettre de côté sa méfiance des femmes pour détailler celle qui lui faisait face.

Plus grande que lui, déjà. Cela lui fit assez bizarre, mais après tout, elle était sûrement plus vieille. Des yeux vers, une chevelure châtain coupée au-dessus des épaules… Sans exagérer, Aoi pouvait dire qu’il s’agissait d’une belle fille. Mais quelque chose le frappa. Malgré l’air méfiant ou apeuré qu’elle avait sur le visage, la jeune femme sembla… Comment dire… Pas très habituée à sourire. Pourtant, notre protagoniste était bien persuadé que le sourire était ce qu’il pouvait lui aller de mieux, sans un doute ! Mais qui était-il pour juger sans connaître ? Peut-être que c’était juste une impression, en effet, Aoi ne pouvait pas se vanter d’être particulièrement perspicace ou intelligent. Juste de pouvoir percevoir lorsque quelqu’un avait besoin de réconfort. Et là, il lui avait semblé que c’était le cas. Mais comment en être sûr ? Après tout, il ne connaissait pas cette fille.

Lorsqu’il posa sa fameuse question, lui demandant s’il pouvait se reposer, il se rendit compte qu’il était déjà à l’aise, assis dans le canapé en face d’elle, et que sa question sonna plus rhétorique, du coup. Mais la jeune femme répondit bien plus vite qu’il ne l’aurait pensé. En fait, il avait pensé lui laissé tout le temps qu’il faut, mais apparemment elle n’en avait pas eu besoin !

- … … oui … ?

Cependant, la réponse sembla plutôt incertaine. Comme si elle l’avait dit par habitude, ou à contrecœur. D’ailleurs, il surprit la jeune fille à lever les yeux au ciel, comme exaspérée par ses propres mots, et sa propre attitude. Ce qui prouvait bien qu’elle regrettait ses paroles ! Mais Aoi ne perdait pas espoir. Là, il voulait qu’elle se détende, et qu’elle lui fasse confiance. Certes, c’était beaucoup demander, étant donné les circonstances de leur rencontre. Après tout, il venait d’entrer sans pression dans la maison qu’elle avait occupée pour la nuit, et le voilà maintenant qui s’invitait quasiment sans permission. Enfin, chacun devait survivre, et le jeune homme avait la nette impression que s’il n’avait pas trouvé un toit, il se serait sans doute fait dépouiller de tous ses biens. Et rentrer chez soi nu et violé n’était pas forcément ce qu’il y avait de mieux. Oui, c’était exagéré, mais imaginer le pire réduit bien le nombre de regrets que l’on éprouve au cours de nos tristes vies !

Puis, la jeune femme afficha une expression triste, mélancolique même. Aoi perdit légèrement son sourire. Il ne pouvait juste pas rester là sans rien faire ! Il avait horreur de voir d’autres souffrir devant lui. Enfin, souffrir était peut-être un grand mot, mais lui, il voulait inspirer la joie, en quelque sorte. La fille glissa le long du mur pour s’asseoir contre lui. C’est dingue comme cela lui paraissait sombre ! Il avait souvent vu, sur un site d’images bien célèbre, des images animées de filles qui faisaient ça, dans une pièce sombre, en noir et blanc, et il ne s’était jamais caché que ces images lui donnaient envie de se tirer une balle dans le crâne. Ah, il devait faire quelque chose !

Bon, solution stupide, mais peut-être efficace… Il sortit de sa poche une barre chocolatée, dont la marque est bien connue, et se leva, s’approchant doucement de la miss pour lui tendre. Il lui adressa un sourire franc, sans hypocrisie, comme si il désirait vraiment la faire se sentir mieux. Bon, ce n’était pas qu’une impression, il en avait envie évidemment…

« Tiens, tu as faim ? Je te la donne ! »

Mais d’un coup, Aoi eut un flash. Et si c’était son style, qui faisait peur ? Il était conscient que cela n’était pas facile de pouvoir envisager qu’un garçon porte, comme lui actuellement, un pantacourt, des bretelles de salopettes, une chemise blanche, des bottines à la ‘doc’, des barrettes, et surtout… Des lentilles de couleur rouges. Bon, évidemment, ce n’était pas bien rassurant. Se retournant l’espace d’une seconde, il retira ses deux lentilles, dévoilant dès alors ses yeux bleus azur. Faisant de nouveau face à la jeune femme, il lui tendit à nouveau la barre chocolatée avec un air gentil.

« Voilà, c’est mieux comme ça, j’imagine. »


•••

code par Skank aka Achiavel sur Apple-Spring
Asuna WatanabeMessages : 163
Opales : 1446
Date de naissance : 30/05/1997
Age : 20

ID CARD
Rôle: Vagabonde °w° !
Âge: 17 ans
Inventaire:
avatar
No Name

MessageSujet: Re: [ABANDON] Au coin du feu ~   Ven 24 Oct - 1:12

A croire que tous les sentiments joyeux d'Asuna étaient liés à son passé – celui d'avant l'incident – c'était même sûrement le cas. Lorsqu'elle avait retrouvé Fuuka il y a quelque temps, elle n'avait eu aucun mal à sourire ! Mais là, « seule », c'était... Tellement différent. Elle se sentait... Presque « abandonnée », en fait. Au fond d'elle, bien évidemment qu'elle avait envie de sourire, d'être joyeuse, de rire ! Elle aimerait être une ado comme les autres...

Aaah, dire qu'il y a quelques mois encore, elle aurait aimé être autre chose qu'une jeune fille à qui on attachait ces quelques mots.
« Une ado comme les autres ».


C'est drôle comment divers événements peuvent vous changer. Avant, la demoiselle était une de ces personnes qui aurait aimé changer, mais qui n'en avait pas la force. Maintenant, elle aimerait revenir à ce qu'elle était avant, mais son environnement ne le lui permettait pas. Parlons même pas de la force, ça fait pas parti du « champ lexical pour décrire Asuna », ça.

Ahem, on s'égare un peu là.

Miss Watanabe releva les yeux vers l'adolescent en face d'elle qui... La regardait. Oooh eye contact. Que faire ? Que faiiiireeeuuh ? NON Asuna baisse pas les ye-... Trop tard.
Dites, y aurait pas un genre de stage disponible dans le coin pour apprendre à cette jeune idiote à ne pas baisser les yeux ? Nan ? Zut.

Bref, alors qu'elle était en train de se détester tout en fixant de nouveau le sol, une paire de chaussures étrangère rentra dans son chant de vision. Et on relève les yeux~~ !
Juste devant ses grands yeux verts se trouvait une... Barre de chocolat ? – Ooooh manger !

- Tiens, tu as faim ? Je te la donne !

Barre chocolatée qui disparut alors de sa vue lorsque l'adolescent se retourna d'un seul coup, avant de se retourner de nouveau. … Qu'est-ce qui c'était passé ?
Asuna regarda alors l'inconnu, cherchant un quelconque changement... AH ! Les yeux ! Le rouge des yeux de l'adolescent était maintenant remplacé par un beau bleu.

- Voilà, c’est mieux comme ça, j’imagine.

Sans même réfléchir, la jeune fille parla alors :

- On dirait le ciel...

Cheesy level : it's over 9000.

Ahem donc. Miss Watanabe tendit timidement la main vers la petite sucrerie, murmurant un petit merci au passage. Faut pas oublier les bonnes manières ! … Tiens en parlant de bonnes manières, ça en fait pas parti de se présenter ? Bonne question. Mais sauf qu'une Asuna en mode craintive, bah... Elle a pas vraiment envie de respecter les bonnes manières sur ce plan là. Vous savez, le côté « Je m'appelle ça et toi ? »

Bwarf, laissons tomber les présentations. En même temps la jeune fille avait plus ou moins bazardé l'idée dans un coin de sa tête là. Parce que pour une raison x ou y, des paroles d'une chanson qu'elle aimait tellement avant résonnaient dans sa tête... Et lui firent penser à sa situation, en fait. Pas ce qu'y ce passait en ce moment présent, plutôt le contraste entre sa vie passée et celle actuelle.
Une fois de plus, la jeune adolescente aux yeux verts parla – presque – sans s'en rendre compte, citant les paroles dans un simple murmure, suivit d'un rire amer :

- « I’ve been told, one day you’ll know, too much of heaven’s a sin. After the show, it’s only hell that it brings ; so take it slow and let time heal everything »

C'était tellement plus simple à dire qu'à faire, « laisser le temps tout soigner ».  Bien sûr qu'elle avait des blessures à soigner. Des blessures psychologiques causées par la disparition de son frère...

Et la disparition d'une grande partie de sa joie, par la même occasion...


http://mai-3-tomoakii.tumblr.com/
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [ABANDON] Au coin du feu ~   
 

[ABANDON] Au coin du feu ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Coin d'échange + Discussion et conseils entre Numismates
» Le bon coin
» LOT DU BON COIN
» le coin des bonnes affaires
» Un coin de ciel bleu de Deplano et Jarry

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ushinawareta Seijuku :: Akashiki :: Côté Sud :: Quartier industriel-