Top-sites !
UshinaSei by Kurokineko on Grooveshark

 
Oha' minna, n'hésitez pas à vous inscrire dans ce fab' forum ! /o/
Pour toute inscription dans le groupe Royal Guard, nous accordons un bonus de 30 points à la validation.
Et 20 points pour ceux qui souhaitent rejoindre United Heroes et Strike Force !

Partagez | 

La folie n'a pas de maître [PRIVE]

Akemi TanakaMessages : 312
Opales : 1839
Date de naissance : 04/03/1997
Age : 21
Commentaires : ~

ID CARD
Rôle: Fantôme Errant
Âge: 17
Inventaire:
avatar
No Name

MessageSujet: La folie n'a pas de maître [PRIVE]   Jeu 19 Fév - 13:29

La folie n'a pas de maître
feat. Kyoko & Leiko



Aujourd'hui n'est que l'un de ces jours où sortir est une nécessité, un jour où les réserves de nourritures ont atteint un seuil bas. Cela ne veut pas dire qu'il n'y avait rien à manger loin de là ! C'est juste que quand on survit dans un monde urbain apocalyptique, il faut commencer presque à l'avance sa recherche de vivres si l'on ne veut pas se retrouver dans une situation où la faim dicte tout votre esprit. Akemi connaissait cette sensation, ce moment où vous pouvez manger n'importe quoi simplement pour remplir votre estomac...

Vivant dans l'ancienne résidence familiale se trouvant dans le quartier sud de la ville-prison, l'albinos commença ses recherches près de chez lui. Sa routine ne changeait point : Un jour il commence par chercher à proximité, pour ensuite s'étendre grâce au métro. Le lendemain il réalise l'inverse en cherchant au point le plus éloigné de son habitation, pour ensuite revenir à la maison. Ce système lui semblait plus efficace que de simplement s'y tenir à son quartier, déjà car le fantôme avait confiance en ses capacités de discrétion, rodés dans les rues d'une vieille société où l'on chassait la délinquance comme on chasse la biche et le faisan, mais aussi car il ne souhaitait pas vider le peu qu'il devait y avoir près de chez lui, conservant cette solution pour un scénario catastrophe.

Il y a des petites boutiques partout, suffit juste de fouiller les décombres pour trouver une conserve par-ci, un snack par-là. Tanaka portait toujours son sac à dos noir sur le dos, déjà pour conserver ses armes, mais aussi dans le cas présent pour transporter sa récolte. Il y avait rarement de quoi surcharger la mule lors des fouilles, un simple cartable d'écolier faisait donc l'affaire.

Lors de sa promenade de santé, l'enfant de lune put esquiver quelques types qui arpentaient les trottoirs par bande de deux, trois, voire cinq. Parfois par chance, en restant sagement caché dans l'ombre intérieure d'une boutique, ou bien à l'aide de ses jambes, en les prenant à son cou dès que possible. Généralement les jeunes croient à un fantôme, n'ayant aperçu qu'une silhouette blanche avant que cette dernière ne s'efface de leurs rétines. Akemi était relativement content, ses réflexes ne l'abandonnaient pas aujourd'hui. S'il s'agissait d'une personne seule il n'agirait surement pas ainsi, sauf si elle empeste le désir de tuer et encore, mais il est rare de croiser des inconnus aussi téméraires et solitaires que lui dans ce monde sans adultes...

Au cours d'une de ses fuites rapides, le garçon se retrouva aux portes du lycée qui l'a accueilli une année entière : La prestigieuse Izumo Technical High School ! Des souvenirs devraient revenir dans la tête de cet ancien élève, pourtant ce n'est pas le cas. Il a toujours vécu sa dernière année de scolarisation de manière très passive, à tel point que sa vie d'avant et sa vie actuelle ne possèdent que peu de différences du point de vue de l'apathique. De toute façon il se trouvait bien plus avec les gangs du quartier que sur les bancs de l'école déjà. N'ayant rien à faire, l'ancien coursier se décida à traverser le portail. Qu'il s'agisse d'un repère de gang ou d'une cachette possible, c'était une information à découvrir pour le blanc chevelu.

La première chose qu'il remarqua, malgré les murs qui trahissaient l'ancienne réputation de cet établissement avec ses marques de vandalisme, c'était tout simplement que le portail n'était pas verrouillé. Ce n'était qu'un simple modèle à barreaux, pour rappeler l'ambiance prison d'une école surement, avec une poignée légèrement rouillée et une serrure à clef, le tout recouverte d'une peinture verte qui s'écaillait pour ne dévoiler qu'encore plus de rouille. Rien n'avait changé selon l'albinos, ses yeux rouges balayaient le lieu sans pouvoir découvrir quoi que ce soit de nouveau. Ce lycée était-il vraiment abandonné ?

S'aventurant plus loin dans ce décor silencieux, le jeune garçon se mit à longer rapidement un mur tout en surveillant les fenêtres. Mais tout semblait bien trop sale pour être occupé par un gang, ou même des petites frappes, alors pourquoi autant de discrétion ? Une entrée toute proche lui permit de pénétrer dans le bâtiment, Akemi l'emprunta sans même regarder derrière lui tandis que le plan de cette école lui revenait en tête au fil de ses pas.

Il semblait vraiment n'y avoir personne...


Code by Gali.
Tu touches, tu redistribue... je te mange tout cru.
Invitéavatar

MessageSujet: Re: La folie n'a pas de maître [PRIVE]   Jeu 19 Fév - 20:10
La folie n'a pas de maître.
Feat Leiko Kagome & Akemi Tanaka.

Alors que je dormais encore paisiblement les rayons du soleil sont enfin parvenus à éblouir mon visage. Je trouvais cette sensation désagréable et je finis toujours par être tiré de mon sommeil suite à ça. Maintenant que je suis réveillée, je constate que la journée avait bien commencé. En effet, après avoir jeté un coup d’œil à ma montre mon impression s'avère être vrai. Il est déjà 13 H 45 et je viens à peine de me lever. Mince, j'ai encore perdue un temps précieux sur ma journée, ça doit faire un moment que j'avais perdu l'habitude de faire de grasses matinées. Cela n'était pas étonnant, je risquais tout de même ma vie tous les jours pour pouvoir survivre dans ce monde dans lequel je vis. Je devais donc comme la plupart des jeunes gens, chercher de quoi subvenir à mes besoins ici et là. Manger à sa faim était devenue un privilège pour tous. J'avais bien évidemment l'avantage d'être chargée de sales travaux pour pouvoir gagner ce dont j'avais besoin. Les sales besognes que l'ancien moi n'aurais jamais pu imaginer de faire. Mais je ne regrette rien. Mon sauveur m'avait permis de vivre une vie qui assurée ma survie. Cependant, ça doit faire un long moment que je ne l'ai plus revus. Je n'ai bien sûr aucune nouvelle. Il doit être occupé quelque part. Ce n'est pas comme s'il me manquait après tout... Je préférais penser ainsi que de me morfondre de ma solitude. Après tout, il ne me devait rien. Toutefois, moi, je n'ai jamais pu rembourser ma dette. Il ne m'en a pas laissé le temps du moins.

Mon ventre se mit à gargouiller. Je me suis donc dirigée vers le fond de mon appartement pour retrouver ce rectangle beige ayant perdu son éclat lacté. Malheureusement il était vide. Mince.
Comme par coïncidence aujourd'hui on ne m'avait pas confié de tâches. Ce qui n'était pas une bonne nouvelle. Je vais devoir me débrouiller pour trouver de quoi manger. Ce genre de contre temps ennuyeux m'était insupportable. Je sortis une carte de la ville après avoir soufflé à plusieurs reprises. Heureusement, que je prends le temps durant mes missions d'entourer sur ma carte les lieux potentiellement chargés de vivre. Voyons... l'endroit le plus proches du lieu où je me trouve était l'ancienne école des petites frappes du côté Sud. Les informations que j'avais annotées sur Izumo Technical High School, me conforté dans l'idée que je ne devrais pas être dérangée. Par conséquent, je serais rapidement rentrée après m'avoir rempli le ventre.
Une fois l'objectif établie il ne me restait plus qu'à me préparer ! Je me change rapidement avec des habits simples pour ne pas me faire remarquer. Je ne voulais pas rencontrer de contre temps gênant. Après mettre paré de ma veste chaude et de mon sac à dos emplit d'équipements qui ne me seront sans doute pas utile, mais préférable de porter sur soi. Aux yeux de n'importe qui, je m'encombre toujours de choses inutiles. Cependant, sans ça je ne suis pas rassurée. Je ne suis pas du genre à pouvoir supporter les situations auxquelles je ne suis pas préparées.Une fois avoir passé le pallier de la porte, je me suis mise en chemin. Montre en main j'en aurais pour une dizaine de minutes tout au plus. Sans grande surprise je ne croise pas un chat dans les rues, seulement des ombres furtives qui se faufilent entre les murs. Je ne craignais pas de me faire attaquer, je pouvais aisément me défendre sans armes. Vivre ainsi n'avait pas que des mauvais cotés. J'aimais vivre sans avoir à compter sur les autres.

Le bâtiment était enfin visible, il n'avait pas l'air d'avoir changé depuis ma dernière mission dans le coin. Tant mieux ! Je ne devrais pas perdre mes repaires et pouvoir dénicher ce dont j'avais besoin rapidement.
La palissade du bâtiment me donnait toujours autant froid dans le dos. On dirait que ce lieu emprisonné des étudiants qui ont mal tournés dans une boite de conserve. La peinture de la grille était dans un sale état. Bientôt, il n'en restera sans doute plus une trace, laissant place à la rouille qui la ronge. Cet endroit me faisait penser à un asile. Même si cela paraît excessif, je n'aimais pas beaucoup être ici. Alors que je passais le portail suivi de son bruit sourd, un étourdissement m'était survenu, très vite je m'étais retrouvée face contre terre.
Tout de même, je suis restée ainsi quelques longues minutes ventre au sol, tel un ver sans but. Jusqu'à entendre des bruits de pas... Malheureusement, je n'avais plus assez de force pour bouger, j'étais dans une position vulnérable. Même si je parvenais à me lever... je ne me sentais pas en état de courir. La solution qui me reste était donc de me cacher et identifier d'où émane ce bruit.


Leiko KagomeMessages : 432
Opales : 1964
Date de naissance : 23/09/1998
Age : 20
Localisation : Dans la cave à vin ou la camionnette.
Humeur : SUPER PINKOSTU ! ~
Commentaires : Je me présente ici.
「Vous savez qui c'est mon Shota d'amour ?」
「C'est... ano... m-mo...moi ?」
「Oui mon Lenouille tu es mon mien ! Kukuku~」


ID CARD
Rôle: Déserteur
Âge: 17 ans
Inventaire:
avatar
No Name

MessageSujet: Re: La folie n'a pas de maître [PRIVE]   Sam 28 Fév - 21:50


La folie n'a pas de maître. [ PV Akemi et Kyoko ]




En riant aux éclats, elle colora la ruelle de giclées de sang. Une fois les pauvres corps tombés sur le sol dur et froid du trottoir, morts et agonisant, cela ne lui suffit pas.
Elle se mit sur l'un d'eux et le rua de coups de couteaux dans un cri d'extase, se plaisant à lui infliger de telles souffrances.
Sa dague, cette arme meurtrière, avait baigné dans ce liquide rouge dont elle avait les mains recouvertes.
Et pour sa seule défense pour excuser cet acte, elle murmurait en répétition " Je n'ai fait que l'écouter... je n'ai fait que l'écouter... ".
Cette jeune fille n'avait en effet fait qu'écouter les voix qui lui avaient ordonné d'accomplir ces horreurs.

Et cette jeune fille, "elle", c'était moi. Leiko Kagome.


Je n'arrivais pas à le croire, à l'instant d'avant, c'est comme si... ce n'était pas moi, mais une autre. A ton* signal, je me suis "transformé" en une psychopathe inquiétante.
Ce sont déjà les quatrième et cinquième victimes a y être passé sous mon abominable passage. Deux garçons, semblant plus jeunes que moi.
L'un s'est fait égorgé sans hésitation de ma part, et l'autre, je l'ai rué de coups de couteaux qui a vidé le jeune de son sang.
Ce n'est pas de ma faute... ils m'ont encerclés, l'un devant l'autre derrière, pour je ne sais quelle raison, et la suite... je n'ai fait que t'écouter...
Ce qui m'est le plus incompréhensible dans cette scène, c'est le fait que j'y ai pris du plaisir. Beaucoup de plaisirs.
J'en était effrayée, maintenant rien que le fait de regarder autour de moi me donnait la nausée.
Je dois partir, loin d'ici, le plus loin possible. Me cacher de cette scène, me rouler en boule jusqu'à en mourir de faim ou de soif. Subir les conséquences de mes actes, qu'il y ai encore un semblant de justice dans cette ville.
Mais où me cacher ? Qu'importe, tant que c'est loin. J'ai eu cette soudaine obligation de fuir mon acte, de l'oublier, me repentir, me consoler en me disant que ce n'est pas moi. Et pour cela, je devais partir.
Mes jambes courraient toutes seules, sans que mon esprit puisse s'en rendre compte. Haletante, je tapais frénétiquement mes pieds contre le sol, à la recherche d'un endroit où me cacher.
Et puis là, devant moi, se trouvait un bâtiment.
J'étais épuisée de cette course contre moi même, donc je finis par me résoudre à entrer, le choisissant comme étant le lieu où j'allais me réfugier.
Je poussais le portail rouillé dans un bruit sourd et posa pied dans la bâtisse. Ce n'est qu'une fois à l'intérieur que je reconnus qu'ici était un ancien lycée, ou collège, je ne sais pas.
Peu m'importait, l'endroit ne semblait pas habité. Je n'avais même pas songer à vérifier une possible présence que je me rua dans l'une des classe et m’asseye dos à la porte.
Je n'avais pas encore réalisé ce que j'avais fait, et devais réfléchir à tout cela calmement, dans un espace isolé.
Mon cœur battait toujours autant, et mes membres tremblaient. Après visualisation, j'aperçu un peu de sang sur ma jupe, et bien plus sur ma dague et mes mains.
Je devais vite laver cette saleté, sinon je risquais l'évanouissement.
Toute tremblotante, je cherchais une serviette ou n'importe quoi qui pourrait m'enlever ce rouge.
J'étais actuellement dans une salle de science qui comportait un lavabo à chaque paillasse, ce qui facilita le nettoyage de mes mains et de mon arme blanche. En revanche, le sang sur la jupe ne voulait partir.
Tandis que l'eau coulait, un bruit provenant de l'entrée me mit en état d'alerte.
Je fermais rapidement le robinet et observa sur la pointe des pieds le dehors de la classe depuis l'une des fenêtres en hauteur.
Une jeune fille entra dans l'école calmement, c'est ce que je conclus en ne voyant que ses cheveux d'un blanc semblable à la neige, c'est tout ce que je pouvais voir d'ici. Mais étrangement, cette chevelure me rappelait quelqu'un, mais je ne savais pas dire qui.
Pour mieux voir ce qu'il se passait, je pris avec le plus de discrétion possible un tabouret et le posta devant la fenêtre pour monter dessus, et ce que je vis fut une révélation.
Ce n'était pas une fille ! Mais cette personne ne m'était pas familière sans raisons, je l'avais déjà rencontré auparavant.
Le garçon mystérieux à la pelle qui déterre des cadavres, je l'ai rencontré il y a un temps de ça. Et si ma mémoire est encore bonne, je m'étais pris la honte plus d'une fois devant lui... et nous étions les seuls survivants d'une attaque surprise.
Avant même que je ne puisse songer à ma découverte, le même bruit qui avait annoncé le passage de ce personnage se répéta.
Il y avait donc une deuxième personne, était-ce un accompagnateur de l'adolescent ?
En tentant de m'agripper davantage au bord de la fenêtre, je fis tombé ma dague qui frappa les dalles de la classe dans un bruit sourd.

« Et merde ! »

Murmurais-je en me maudissant d'être aussi peu douée... et j'espérais qu'il aille vers le bruit provenant du portail plutôt que vers moi, qui n'était pas paré à le rencontrer une nouvelle fois.





HRP: