Top-sites !
UshinaSei by Kurokineko on Grooveshark

 
Oha' minna, n'hésitez pas à vous inscrire dans ce fab' forum ! /o/
Pour toute inscription dans le groupe Royal Guard, nous accordons un bonus de 30 points à la validation.
Et 20 points pour ceux qui souhaitent rejoindre United Heroes et Strike Force !

Partagez | 

Un cadeau empoisonné. [PV Kanade Mori]

Leiko KagomeMessages : 432
Opales : 1754
Date de naissance : 23/09/1998
Age : 19
Localisation : Dans la cave à vin ou la camionnette.
Humeur : SUPER PINKOSTU ! ~
Commentaires : Je me présente ici.
「Vous savez qui c'est mon Shota d'amour ?」
「C'est... ano... m-mo...moi ?」
「Oui mon Lenouille tu es mon mien ! Kukuku~」


ID CARD
Rôle: Déserteur
Âge: 17 ans
Inventaire:
avatar
No Name

MessageSujet: Un cadeau empoisonné. [PV Kanade Mori]   Mer 25 Fév - 20:08


Un cadeaux empoisonné [ PV Kanade ]




Mon errance conduisait mon être dans cette infamie d'ennui et de solitude. Au cours de mes aventures, j'en avais rencontré bien des gens étranges, parfois plus que moi, c'est dire. Mais dans l'ensemble, je restais cette fille solitaire au cœur renfermé de regrets immondes.
Je marchais là où mes pieds voulaient bien m'emmener, las de réfléchir. Quand le temps le permettait, il voulait bien illuminer mon visage mou dont la clarté aveuglait mes yeux fragiles.
Et aujourd'hui, c'était un jour comme ça.


L'automne s'était déjà posé sur cette ville maudite, et pourtant, cette journée était tout particulièrement chaude, comme si le monde était resté figé en Août.
Ou peut être était-ce seulement des saisons qui défilaient aléatoirement, après tout, dans cet endroit surnaturel, cette possibilité n'aurait rien d'étonnant.
Mes pieds se traînaient sous la chaleur désagréable, même insupportable, pour la personne qui aimait dormir les jours comme ça, avant.
Je ressemblais à un vampire qui plissait les yeux à cause de cette étoile nommée Soleil et marchait avec difficulté, comme fondant presque sur le trottoir sous mes jambes alourdies.
La main au dessus de mes yeux, j'aperçu au loin un temple. Pour moi, ce lieu était une place d'ombre, fraîche et agréable qui n'attendait que mon passage.
J'accouru aussi vite que mes jambes me le permettait, c'est à dire aussi rapidement qu'une tortue en état de panique, et m'allongea sous l'ombre, soulagée d'avoir trouvé refuge.
Une fois posée, la fatigue se fit d'autant plus ressentir. Je n'avais pas dormi la nuit précédente, c'est pourquoi j'étais extrêmement faible, en plus de cette chaleur incommensurable.
Et cela se voyait bien sur mes yeux rouges de fatigues, mes cheveux ébouriffés et mes habits froissés et de travers.
Là, tout de suite, j'étais une personne tellement faible qu'on aurait pu me poignarder aisément avec une cuillère, ou une connerie du genre.
Je semblais... fatiguée, non je dirais même mieux, défoncée, là allongée sur le sol du temple ne se souciant pas de ce qu'il se passe autour de moi.
Je me relevais à peine, adossée à une poutre, et regardais au dehors, l'esprit vide.
Fatiguée... si fatiguée... mais je ne devais pas m'endormir tout de suite, ce serait bien trop dangereux.
La petite voix dans ma tête me demandait, même m'ordonnait de me relever, et au vue de la non obéissance dont je lui faisait part, elle criait davantage à m'en donner mal à la tête.
Je déposa mon lourd crâne contre la pierre du mur à cause d'un vertige.
Je ne savais pas vraiment à quoi c'est du, une insomnie ? la fatigue ? ou à cause de tes* cris stridents dans mon crâne ?
Peu importe ce que c'était, mais cela me rendait très mal en point.
Un zombie, voilà ce à quoi je ressemblais.
Observant l'espace dans lequel j'étais posée depuis déjà 5 bonnes minutes, je remarquais que j'étais dans un temple, temple auquel je n'avais jamais eu vent auparavant, moi qui vivait pourtant à Akashiki depuis quelques années déjà.
Le lieu en lui même ne paraissait pas abîmé, il était vide et propre, signe qu'aucun ou peu d'adolescents avaient pénétrés ici. Ce qui était une bonne chose, d'autant plus que c'était rare un endroit qui ne puait pas le mort et le sang comme celui là.
Je me sentais plus en sécurité maintenant que je voyais que là où je me trouvais ne semblait pas avoir été habité.
J'allais pour me relever, mais ma tête me tourna violemment, me manquant de me faire ramasser la gueule par terre.
Pourvu qu'il n'y ai personne pour me voir dans cet état... car sinon je n'avais aucun moyen solide de me défendre...





HRP:
 


Shota ! 8D :
 
Kanade MoriMessages : 460
Opales : 1708
Localisation : Sur ... Ah bah je sais plus
Humeur : A en tuer des singes
Commentaires : J'aime les licornes 8D

ID CARD
Rôle: Chef - Green Weed
Âge: 16 ans
Inventaire:
avatar
Crazy 2K14

MessageSujet: Re: Un cadeau empoisonné. [PV Kanade Mori]   Mer 4 Mar - 10:01

Un cadeau empoisonné

Cette journée qui avait pourtant bien commencée, me retournait alors l'esprit, quand j'apprenais au petit matin lors de mon déjeuner que je devais être chargée d'une livraison importante.
Un de mes petits membres m'en avait annoncé la nouvelle.
À ce qu'il paraissait, il n'y avait pas assez de main d’œuvre pour s'en occupait. Certains devaient déjà s'occupaient des plantes et les autres de certaines livraisons.
Comme elle était pour un client d'une importance inimaginable, je me sentais bien obligée de la faire. Et pour cause, la personne en question, après avoir reçue les paquets de drogues, devait me faire offre de nombreuses choses pour réparer la plantation – qui, il faut le dire, avait bien vieilli.

Finissant rapidement ma tasse de café et avalant furieusement ma tartine de pain, je me redressais sur mes deux jambes et j'avançais déjà comme une furie sur la marchandise que l'on venait de me faire fabriquer.

« Aaaah ~ encore heureux que la drogue soit encore fraîche ! », disais-je avec un sourire de pervers.

Mon client n'allait certainement pas être déçu par la qualité de nos herbes fraîches et par l'effet qu'elles provoquaient ensuite.
Je vérifiais sur une liste s'il n'y avait pas d'erreur dans la marchandise. Eh oui, comme tout bon travail, il fallait bien une liste de vérification pour savoir si rien n'avait été oublié. Et si par malheur, c'était le cas, la récompense ne serait pas si géniale que cela – surtout lorsque l'on sait que le client et roi dans le business.
Après avoir tout coché, rien ne semblait avoir été oublié. Je demandais alors que l'on chargeait, pour moi, la drogue et qu'on l'expédiait, aussi, au lieu de rendez-vous.
Il y avait tellement de paquets que je ne pouvais pas tout porter. J'avais tout de même besoin d'aide.

Je demandais à deux gardes de m'accompagner. Un peu de protection devait me suffire. C'était surtout pour éviter que l'on venait me gâcher mon travail et que je perdais alors toute chance de réparer mon repère, qui était aussi celui des miens.

J'avais bien marché déjà et j'arrivais déjà sur les bords de la ville. Ma destination de livraison ? Le temple d'Inari !
En regardant ma montre, que je montrais à l'un des mes gardes, il me faisait signe que l'on allait arriver à la bonne heure. Génial !

Quand enfin le temple se dressait sous mon regard, au sommet d'une toute petite colline et sous un torii adossé à une poutre, il y avait quelqu'un.

« Voilà l'importance d'un client, voyez, il est plus qu'en avance ! … Grouillons-nous avant d'avoir des problèmes par la suite ! », donnais-je comme ordre.

On traversait les marches déposant les paquets au sommet. Étrangement, il me semblait que le lieu de rendez-vous était en bas de ces marches, alors pourquoi avoir monté ?
Je m'approchais de la personne presque endormie contre la poutre. Elle était seule et semblait défoncée comme pas possible. « Qu'était-il arrivé à mon client ? »
Je m'approchais d'elle et lui soufflais doucement :

« Vous êtes bien notre cliente ? »

Mes deux gardes du corps semblaient bien surpris de la jeune fille.


CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA

Leiko KagomeMessages : 432
Opales : 1754
Date de naissance : 23/09/1998
Age : 19
Localisation : Dans la cave à vin ou la camionnette.
Humeur : SUPER PINKOSTU ! ~
Commentaires : Je me présente ici.
「Vous savez qui c'est mon Shota d'amour ?」
「C'est... ano... m-mo...moi ?」
「Oui mon Lenouille tu es mon mien ! Kukuku~」


ID CARD
Rôle: Déserteur
Âge: 17 ans
Inventaire:
avatar
No Name

MessageSujet: Re: Un cadeau empoisonné. [PV Kanade Mori]   Mer 29 Avr - 0:46


Un cadeaux empoisonné [ PV Kanade ]




Et si... et si je faisais un petit somme ? Cette place semblait déserte après tout, et puis quand bien même, je n'accordais pas une grande importance à ma vie. C'était même avec surprise que j'abordais chaque jour encore vivante, respirant l'air impure de cette démoniaque ville.
Je scrutais une dernière fois ce qui m'entourait, me plaçais plus confortablement sur la poutre qui me retenait de tomber à la renverse et caressais ma dague que je ne quittais jamais, comme souhaitant inconsciemment me rassurer en cas de danger, même si j'avais beau me dire que ce n'était pas grave si je l'étais, puisque je m'en fiche de mourir.
Je me grattais la tête, l'esprit tortueux, et mon regard se posa sur mes pieds que je contemplais avec une certaine folie. Puis, retrouvant la raison, je me mis en position fœtus afin de piquer une sieste, ici, comme ça, sans me soucier d'un quelconque individu extérieur qui pourrait atteindre à ma vie.
Bientôt, alors que j'étais à moitié endormie, assise contre la poutre le front sur les genoux, j'entendis des pas et des voix. Mes sens se mirent en alerte, et avant même que je puisse me rendre compte d'une présence à mes côtés, une voix me chuchota quelques paroles :

« Vous êtes bien notre cliente ? »

Ma tête se releva brutalement et se tourna vers la source de la voix. La personne qui m'avait chuchoté à l'oreille était une jeune fille avec de longs cheveux turquoises qui touchaient presque le sol malgré le fait que celle ci en avaient fait deux couettes sur le côté, et des yeux de la même couleur. Elle était à peine plus grande que moi, mais ne semblait pas dangereuse, à un détail près.
A ses côtés se tenaient deux hommes relativement grands et musclés, j'avais d'abord opté que le fait qu'ils étaient tous trois au dessus de ma personne les rendaient plus grands, mais après rapide visualisation, j'en étais même à douter si ces deux drôles de personnages étaient vraiment des adolescents (ouh le vilain cliché des gardes du corps).
Je me relevais avec difficulté, mais essayant de cacher ma faiblesse du moment. Je cachais derrière mon dos ma dague que je tenais fermement d'une main. Les deux gaillards semblaient étonnés, ou déconcertés, je n'arrivais pas à comprendre les traits qui traduisaient leurs expressions. Tandis qu'elle attendait la réponse à sa question.
Question qui d'ailleurs m'échappait totalement, je suis supposé être une cliente de quoi ? ces personnes ne semblaient pas bonnes à fréquenter, encore moins dans ce monde devenu chaotique. Je n'osais tout d'abord pas répondre, m'attendant au pire des scénarios au cas où celle-ci était négative, de même si j’acquiesçais sans connaissance de cause.
Je ne pus m'empêcher d'esquisser un bâillement que je tentais de dissimuler du mieux qu'il m'était possible de le faire, me caressa le front encore en sueur du à ma précédente marche et finis par toucher un mot :

« Et bien... qu'entendez vous par cliente ? »

Mon interrogation était suivie d'une certaine gêne, le fait d'avoir autour de moi trois personnes me fixant ainsi, dont deux d'entres eux assez costauds me fichait une pression non négligeable. Au moindre faux pas, à la moindre fausse parole, ma vie pouvait basculer d'un moment à l'autre. Ce n'était pas la première fois que j'étais dans une situation comme celle ci, mais mon manque d'énergie me poussait davantage à la crainte que lorsque je suis en disposition de tous mes moyens pour me sortir de situations hasardeuses.





HRP:
 


Shota ! 8D :
 
Kanade MoriMessages : 460
Opales : 1708
Localisation : Sur ... Ah bah je sais plus
Humeur : A en tuer des singes
Commentaires : J'aime les licornes 8D

ID CARD
Rôle: Chef - Green Weed
Âge: 16 ans
Inventaire:
avatar
Crazy 2K14

MessageSujet: Re: Un cadeau empoisonné. [PV Kanade Mori]   Mar 12 Mai - 13:28

Un cadeau empoisonné

Par le passé, l'état de la demoiselle, en position fœtus, face à moi m'aurait probablement choqué. Mais, je ne sais pas pourquoi, là cela ne me paraissait en rien d'exceptionnel. Du moins … Si j'avais une grande idée du pourquoi du comment … À vrai dire, c'était à cause de l'état actuel d'Akashiki. La situation dans laquelle nous évoluons tous – donc je parle des nombreux enfants – est resté la même depuis perpette déjà : une vraie tragédie ! C'est l'apocalypse ! Le noir total ! Le mystère passe ! Et puis, je ne cherchais plus, car il n'y avait rien à comprendre : c'était la réalité et il fallait y faire face – rien de plus.

Relevant la tête et se tournant vers moi, je voyais la triste frimousse de la jeune fille. Je l'examinais de haut en bas, en la dévisageant un peu – je pense que j'avais un peu de pitié pour elle... inexplicablement.
Elle était fine, avait le teint pâle, semblait vraiment mal en point et dans les vapes – peut être dans un monde loin de la réalité, selon moi.
Ne sachant pas si elle avait compris ma question, à cause de son silence, je la reposais une nouvelle fois et plus lentement.
Elle se leva alors doucement, très lentement même, prenant comme appuie la poutre rouge du torii. Elle semblait avoir peur de mes deux gardes du corps – un peu plus grands que moi – et écarquillait les yeux. Derrière son dos, elle tenait fermement quelque chose – j'ignorais encore ce qu'elle cachait – peut être important et qu'elle ne voulait pas me montrer. Je demandais à mes gardes d'un signe discret de partir un peu plus loin, pour ne pas effrayer davantage la demoiselle.
Elle baillait un coup, puis finalement, ouvrit la bouche pour me répondre par une autre question  :

« Et bien... qu'entendez vous par cliente ? »

Par cliente, j'entendais bien là qu'elle soit celle/celui que je cherche. Effectivement, par client je veux dire : celui qui doit achetait la livraison commandée hier matin, arrivée fraîche ce matin même et qui devait être donnée là, maintenant.
Si cette fille était bien mon client, elle le serait mais … N'était-ce pas le fait qu'elle soit littéralement pétée qu'elle ne comprenait alors rien à rien ? Et puis … Comment s'était-elle mise dans cet état ?

« Bien … Voyez les paquets là-bas, ils vous sont destinés … Enfin … Si c'est vous ''le mystérieux client noir'' »

Je n'avais pas eu plus d'informations sur mon client, sauf le fait qu'il était surnommé ainsi : ''le client noir''.
Était-elle ce mystérieux personnage qui devait, normalement, m'attendre en bas des marches du temple ou alors, m'étais-je réellement trompée de personne ?

« L'êtes-vous, alors ? », rajoutais-je après un petit moment de silence.

Je croisais les bras, fixant la jeune demoiselle. Elle semblait vraiment hésiter et … je la voyais souffrir d'un mal de tête – en remarquant des petits signes comme une crispation du visage.
Je tournais les yeux un peu partout, regardant le paysage fixement. Il n'y avait pas vraiment de soleil, le ciel était assez couvert et un vent froid était présent dans l'atmosphère. Il se peut qu'il pleuve dans une bonne petite heure... Enfin je crois...


CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA



HS:
 
Leiko KagomeMessages : 432
Opales : 1754
Date de naissance : 23/09/1998
Age : 19
Localisation : Dans la cave à vin ou la camionnette.
Humeur : SUPER PINKOSTU ! ~
Commentaires : Je me présente ici.
「Vous savez qui c'est mon Shota d'amour ?」
「C'est... ano... m-mo...moi ?」
「Oui mon Lenouille tu es mon mien ! Kukuku~」


ID CARD
Rôle: Déserteur
Âge: 17 ans
Inventaire:
avatar
No Name

MessageSujet: Re: Un cadeau empoisonné. [PV Kanade Mori]   Jeu 11 Juin - 22:31


Un cadeaux empoisonné [ PV Kanade ]




La jeune fille me visualisait, fixait serait un terme plus approprié à la situation, de la tête aux pieds. Elle semblait avoir un regard interrogateur, à cause de sa question toujours en attente mais aussi autre chose... comme si un détail la perturbait.
Quant à ses deux accompagnateurs, ils avaient reculé légèrement peu avant ma prise de parole, afin de libérer de l'espace autour de moi. Un autre élément attisait ma curiosité; ils avaient tout les trois des "colis", cela m'intriguait. Peut-être il y avait-t-il un lien entre le fait qu'ils m'associent de cliente et ce qu'ils transportaient ?
Le peu de déductions qui m'habitaient se confirmaient lorsque la demoiselle de devant pris la parole de nouveau :

« Bien … Voyez les paquets là-bas, ils vous sont destinés … Enfin … Si c'est vous ''le mystérieux client noir'' »

Le mystérieux client noir ? Était-ce un surnom que l'on donnait à la personne que ces gens prétendent que je suis, et qui devait sans doute recevoir ces fameux paquets qui ont attirés mon attention ? Nul doute sur le fait que ces trois personnes se trompaient sur le destinataire, ils n'étaient donc pas ici pour moi.
J'étais soulagée à cette simple pensée, moi qui commençait à m'imaginer les pires des scénarios, comme à mon habitude. J'étais peut-être paranoïaque, mais en attendant cette facette là de ma personnalité m'avait sauvée plus d'une fois.
Mais qu'en était-il de ce client "noir" dont parle cette jeune fille, va-t-il vraiment arriver ? comme ces trois là l'espèrent, j'imagine. Ils sont très certainement venus pour lui après tout, et ne semblent pas connaître son visage, puisqu'ils m'ont confondues avec lui et qu'il semble mystérieux d'après elle, à moins que cela ne soit qu'un nom, surnom, ou je ne sais quoi.
D'ailleurs, en parlant d'"elle", cette personne me semblait comme supérieure aux deux autres, ou porteuse de paroles. Déjà, c'est elle qui s'adressait à moi, alors qu'eux ne faisaient qu'écouter sans broncher, puis ensuite, elle les avait chasser d'un coup de main d'autour de moi, et était disposée plus aux devant qu'eux de moi. C'était surprenant au jour d'aujourd'hui, dans la situation dans laquelle nous sommes tous depuis un bon moment déjà, je veux évidemment parler de cet événement surnaturel où nous sommes enfermés, qu'une fille comme elle ou comme n'importe qui d'ailleurs soit la "chef", je me comprends en employant le terme de chef..., de ces deux garçons. Ces pensées gagnaient davantage ma méfiance à son égard.
Sans attendre plus longtemps, par le manque de réponse de ma part, en même temps je ne savais pas trop quoi dire... je ne savais toujours pas de quoi ils voulaient parler et ne comprenait rien à rien... la fille aux yeux bleus insista sur sa question :

« L'êtes-vous, alors ? »

« Non, je ne suis pas votre mystérieux client noir », c'est ce que j'aurais aimé lui répondre, là tout de suite, sans plus attendre, puis me barrer d'ici afin de trouver un endroit plus tranquille pour me reposer.
Mais en fait, je n'en avais pas la force, pour le moment. ma voix sèche refusait de coopérer, puis quant à l'idée de partir, mes pieds aussi refuseraient, décidément, mon corps était en grève. C'est ça de pas en prendre soin, en ne dormant pas, ne mangeant pas, et en se prélassant sous un soleil d'été, alors que l'Automne doit déjà être en là... je crois... au Japon qui plus est, ô merveilleux pays du Soleil levant nous permettant de bien suer comme il faut.
Bref, il faudrait se calmer et se décider à répondre, Leiko. Voilà que je me parle, dans mes pensées..., à moi même. Bon, c'est pas si grave que ça, après tout c'est bien moins pire que de t'engueuler, toi qui me casse autant les oreilles que l'esprit. D'ailleurs tu as dû partir et me laisser, mais je sais que tu reviendras, tu reviens toujours... il me tarde d'attendre ton retour, pour me dire quoi faire, comment avancer, comment surmonter les obstacles...

« J-je ne crois pas être ce... votre client. »

surmontais-je finalement, de ma voix un peu cassé et asséchée, si seulement j'avais un peu d'eau histoire de pas crever sur place. Maintenant, la question est, comment vont-ils réagir face à ma réponse finale et est-ce que ce client va venir ici ?
Je me posais cette interrogation en observant au delà du temple, à l'entrée là où le soleil avait disparu, recouvert par de sombres nuages. Ce n'est que maintenant que je me rendais compte que la chaleur d’antan avait disparu, et psychologiquement, j'allais déjà mieux.
Je me positionnais un peu plus confiante sur mes deux jambes tantôt affaiblie, maintenant que la lourdeur de la chaleur n'était plus, psychologiquement parlant, là, et continuait à fixer dehors, pensant y trouver bientôt une silhouette marquant l'arrivée de celui que ces gens semblaient attendre, avant de reporter mon regard sur cette jeune femme, en passant par les deux autres adolescents.





HRP:
 


Shota ! 8D :
 
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Un cadeau empoisonné. [PV Kanade Mori]   
 

Un cadeau empoisonné. [PV Kanade Mori]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le père noël m'a fait un cadeau empoisonné...
» Un cadeau empoisonné - Julie Garwood
» Florian Philippot : Le cadeau empoisonné, il ne lui manquait plus que ça. Le coup de grâce.
» gâteau cadeau
» aide pour un cadeau Harry Potter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ushinawareta Seijuku :: Akashiki :: Bords de la ville :: Temple d'Inari-