Top-sites !
UshinaSei by Kurokineko on Grooveshark

 
Oha' minna, n'hésitez pas à vous inscrire dans ce fab' forum ! /o/
Pour toute inscription dans le groupe Royal Guard, nous accordons un bonus de 30 points à la validation.
Et 20 points pour ceux qui souhaitent rejoindre United Heroes et Strike Force !

Partagez | 

Un cadeau empoisonné. [PV Kanade Mori]

Leiko KagomeMessages : 432
Opales : 1991
Date de naissance : 23/09/1998
Age : 20
Localisation : Dans la cave à vin ou la camionnette.
Humeur : SUPER PINKOSTU ! ~
Commentaires : Je me présente ici.
「Vous savez qui c'est mon Shota d'amour ?」
「C'est... ano... m-mo...moi ?」
「Oui mon Lenouille tu es mon mien ! Kukuku~」


ID CARD
Rôle: Déserteur
Âge: 17 ans
Inventaire:
avatar
No Name

MessageSujet: Un cadeau empoisonné. [PV Kanade Mori]   Mer 25 Fév - 20:08


Un cadeaux empoisonné [ PV Kanade ]




Mon errance conduisait mon être dans cette infamie d'ennui et de solitude. Au cours de mes aventures, j'en avais rencontré bien des gens étranges, parfois plus que moi, c'est dire. Mais dans l'ensemble, je restais cette fille solitaire au cœur renfermé de regrets immondes.
Je marchais là où mes pieds voulaient bien m'emmener, las de réfléchir. Quand le temps le permettait, il voulait bien illuminer mon visage mou dont la clarté aveuglait mes yeux fragiles.
Et aujourd'hui, c'était un jour comme ça.


L'automne s'était déjà posé sur cette ville maudite, et pourtant, cette journée était tout particulièrement chaude, comme si le monde était resté figé en Août.
Ou peut être était-ce seulement des saisons qui défilaient aléatoirement, après tout, dans cet endroit surnaturel, cette possibilité n'aurait rien d'étonnant.
Mes pieds se traînaient sous la chaleur désagréable, même insupportable, pour la personne qui aimait dormir les jours comme ça, avant.
Je ressemblais à un vampire qui plissait les yeux à cause de cette étoile nommée Soleil et marchait avec difficulté, comme fondant presque sur le trottoir sous mes jambes alourdies.
La main au dessus de mes yeux, j'aperçu au loin un temple. Pour moi, ce lieu était une place d'ombre, fraîche et agréable qui n'attendait que mon passage.
J'accouru aussi vite que mes jambes me le permettait, c'est à dire aussi rapidement qu'une tortue en état de panique, et m'allongea sous l'ombre, soulagée d'avoir trouvé refuge.
Une fois posée, la fatigue se fit d'autant plus ressentir. Je n'avais pas dormi la nuit précédente, c'est pourquoi j'étais extrêmement faible, en plus de cette chaleur incommensurable.
Et cela se voyait bien sur mes yeux rouges de fatigues, mes cheveux ébouriffés et mes habits froissés et de travers.
Là, tout de suite, j'étais une personne tellement faible qu'on aurait pu me poignarder aisément avec une cuillère, ou une connerie du genre.
Je semblais... fatiguée, non je dirais même mieux, défoncée, là allongée sur le sol du temple ne se souciant pas de ce qu'il se passe autour de moi.
Je me relevais à peine, adossée à une poutre, et regardais au dehors, l'esprit vide.
Fatiguée... si fatiguée... mais je ne devais pas m'endormir tout de suite, ce serait bien trop dangereux.
La petite voix dans ma tête me demandait, même m'ordonnait de me relever, et au vue de la non obéissance dont je lui faisait part, elle criait davantage à m'en donner mal à la tête.
Je déposa mon lourd crâne contre la pierre du mur à cause d'un vertige.
Je ne savais pas vraiment à quoi c'est du, une insomnie ? la fatigue ? ou à cause de tes* cris stridents dans mon crâne ?
Peu importe ce que c'était, mais cela me rendait très mal en point.
Un zombie, voilà ce à quoi je ressemblais.
Observant l'espace dans lequel j'étais posée depuis déjà 5 bonnes minutes, je remarquais que j'étais dans un temple, temple auquel je n'avais jamais eu vent auparavant, moi qui vivait pourtant à Akashiki depuis quelques années déjà.
Le lieu en lui même ne paraissait pas abîmé, il était vide et propre, signe qu'aucun ou peu d'adolescents avaient pénétrés ici. Ce qui était une bonne chose, d'autant plus que c'était rare un endroit qui ne puait pas le mort et le sang comme celui là.
Je me sentais plus en sécurité maintenant que je voyais que là où je me trouvais ne semblait pas avoir été habité.
J'allais pour me relever, mais ma tête me tourna violemment, me manquant de me faire ramasser la gueule par terre.
Pourvu qu'il n'y ai personne pour me voir dans cet état... car sinon je n'avais aucun moyen solide de me défendre...





HRP: