Top-sites !
UshinaSei by Kurokineko on Grooveshark

 
Oha' minna, n'hésitez pas à vous inscrire dans ce fab' forum ! /o/
Pour toute inscription dans le groupe Royal Guard, nous accordons un bonus de 30 points à la validation.
Et 20 points pour ceux qui souhaitent rejoindre United Heroes et Strike Force !

Partagez | 

A la recherche du pain perdu !

Auxallys KinreiiMessages : 61
Opales : 1234
Date de naissance : 13/06/1995
Age : 22
Localisation : Derrière toi ♥
Humeur : ... Mmh, tu me parlais ?

ID CARD
Rôle: Assassin
Âge: 14 ans
Inventaire:
avatar
Strike Force

MessageSujet: A la recherche du pain perdu !   Mar 14 Juil - 11:36

A la recherche du pain perdu !


« Parce qu'être mignonne, c'est pas facile tous les jours »



« Ho, debout la feignasse !
- Mmh... veux dormir encore un peu...
- Je te rappelle de que t’es de corvée d’approvisionnement, et t’avise pas t’éclipser en douce !
- Urusai...

Ce mot fut le dernier qu’elle pu murmurer, à demi étouffé dans son oreiller, avant que le sol ne se dérobe subitement sous son corps. Après, tout se passa très vite : une force mystérieuse l’envoya valser sans ménagement sur le sol froid et dur dans un bruit sourd.

- K-kyaaa ?!
- Ca t’apprendra à te bouger un peu ! Sérieux, dire que c’est toi la chouchoute du chef... »

Putain d’enf... un peu de retenue, ouais, j’en dirais deux mots à mon poney. Et tirer une jeune demoiselle en pleine croissance de son sommeil, c’était des manières peut-être ? Ah, celui-là, Auxallys ne pouvait pas le sentir, et encore, c’était pour rester dans le politiquement correct.

Bref... la jeune fille se releva péniblement, étirant ses membres douloureux. Heureusement qu’elle n’était pas du genre fragile, pour subir de tels traitements. Il avait dit quoi l’autre, déjà... ah oui, corvée d’approvisionnement. Ca serait une bonne occasion pour piquer des provisions avant de retrouver Haya. Mais tel qu’elle connaissait l’autre, il irait tout recompter juste pour le plaisir de lui passer un savon après. Enfin, après tout, elle n’était pas obligée de revenir pour se le prendre...

Puis, alors que la rouquine continuait de maudire le garçon en refaisant son lit, quelqu’un vint à frapper à sa porte. Sauf que là, ce n’était vraiment, mais vraiment pas le moment...

« Quoi ?!
- Hyaa ! E-e-excusez-moi !

La porte à peine entrouverte se referma aussi sec. Auxallys resta un instant sans voix, laissant sa colère retomber pour céder place à la surprise. Cette voix, c’était...

- Emi, tu veux quelque-chose ?
- N-non, t-tout va b-bien ! J-je voulais pas t-te déranger, désolée, vraiment désolée !... »

La rouquine soupira et ouvrit la porte, faisant face à la brunette sur laquelle elle venait accidentellement de passer ses nerfs. La pauvre était au bord des larmes... elle était tellement mignonne... même elle ne pouvait résister à tel niveau de kawaiitude. Auxallys la prit par la main pour la faire entrer puis la câlina fort pour l’apaiser. C’était un peu la technique secrète, celle qui marchait à chaque fois. Emi, c’était une jeune de Strike Force, une de celles qui s’occupaient de la base. Pour une certaine raison, elle avait tendance à paniquer quand on lui criait dessus. Ou quand on levait juste un peu la voix en sa présence, en fait. Ca arrivait souvent, mais il suffisait d’un petit câlin et c’était oublié. A croire que cette fille était incapable de garder quelconque rancune envers les gens...

« Ca va mieux ? – elle acquiesça. – Alors, qu’est-ce que tu me voulais ?
- Eto... je voulais, mais tu as l’air occupée...
- ... M’hauuuuu, veux pas la faire sa stupide corvée... »

La rouquine tomba à genoux au sol en gémissant, comme si tout le malheur du monde s’était subitement abattu sur sa petite personne. C’était vraiment la poisse, se retrouver coincée pour une fois qu’elle avait vraiment quelque chose d’important à faire...

« Si tu veux, je peux t’aider... on ira plus vite à deux, d’accord ? – Pas de réponse. – Allez, bouge-toi ! Plus vite on sera débarrassées, plus vite tu seras libre, l’encouragea Emi en la tirant par les épaules pour la relever.
- ... Merci. »

Sur cet accord, les deux jeunes filles allèrent se préparer puis s’attelèrent à leur corvée. Comme prévu, le ravitaillement fut rapidement expédié, bon gré malgré la mauvaise volonté de la rouquine. Une demi-heure qui passa plus vite qu’elle n’aurait voulu l’admettre, et le duo était libéré de ses obligations. Bien, plus de temps à perdre ! Le cœur en proie au doute, Auxallys salua sa partenaire et s’apprêta à prendre la route. Il faudra qu’elle lui rendre aussi un service, un de ces jours.

Ainsi donc commença sa longue marche jusqu’à la périphérie d’Akashiki. Avec tout le temps qu’elle avait perdu, le soleil était déjà bien haut dans le ciel... est-ce qu’Hayami l’attendait encore ? C’était assez peu probable, malheureusement... mais elle devait y aller. Parce qu’elle avait promis de revenir, et qu’elle ne l’abandonnerait pas. Jamais elle ne pourrait faire une telle chose. Auxallys n’était pas de ces personnes qui manquent à leur parole, elle était trop fière pour ça. Et puis, au fond, elle voulait vraiment la retrouver.

* * * * *

La vieille ferme abandonnée se profilait au loin, sous les rayons ardents du soleil montant sur son zénith. C’était là qu’elles s’étaient abritées la dernière fois... c’était aussi là que tout avait déraillé. D’ici, elle devrait pouvoir retrouver l’endroit où Haya s’était évanouie, enfin, en théorie. Normalement, ce n’était pas trop loin, elle devrait même pouvoir le repérer d’ici... Suivant cette idée, elle gravit une petite bute pour avoir une meilleure vue. Tiens ? On dirait que quelqu’un avait dessiné quelque-chose avec des cailloux dans l’herbe. Piquée de curiosité, la fillette dévala la pente pour aller voir de plus près ce que cachait ce drôle de symbole.

« Un message ? »

La flèche pointait sur un arbre, avec un message gravé dans l’écorce. Il y en avait avec de drôle de passe-temps à Akashiki... en plus, c’était pratiquement illisible, il lui fallu bien se reprendre à deux fois sur chaque mot pour essayer de déchiffrer les caractères. Apparemment, ça donnait rendez-vous au quartier sud, un terrain vague, ou quelque chose du genre. Ce qu’elle ne comprenait pas trop en revanche, c’était la raison de la présence de son nom dans le message. Il y avait celui d’Haya aussi... mais alors, c’était elle qui avait laissé ce message à son attention ? Et elle avait lu son message ! Auxallys se mit à sautiller sur place à cette nouvelle, surexcitée de ce revirement inattendu. Pas de doute possible, c’était bien à elle que s’adressait ce message. Hayami lui donnait un point de rendez-vous pour la retrouver... quelque part, ça lui faisait vraiment plaisir qu’elle cherche aussi à la revoir. Au moins, elle ne la fuyait pas. Quartier sud, terrain vague, Tonbo... eto... c’est qui ‘‘Tonbo’’ ? C’était bizarre comme nom, peut-être une personne qui connaissait Haya... Enfin, elle verrait bien sur place.

Avant de se remettre en route vers sa nouvelle destination, la rouquine prit le temps d’éparpiller les pierres pour ne pas trop attirer l’attention. Personne ne venait jamais par ici, mais c’était plus sûr. Ceci fait, elle sorti son couteau et entreprit de faire s’autodétruire le message. Voilà, plus aucune trace ! Contemplant l’œuvre de son sabotage,  elle poussa un soupir de fatigue et se laissa tomber dans l’herbe fraiche, à l’ombre du grand arbre. A la position du soleil, il devait être aux alentours de onze heures. Il faisait chaud pour la saison, c’était fatiguant de marcher aussi longtemps sous le soleil. Dire elle n’en était encore qu’à la moitié du trajet... Mais ce n’était pas ça qui allait suffire à la décourager. Allez, en route pour le quartier sud !

* * * * *

Ce fut sur douze coups silencieux de midi que la petite rouquine arriva enfin au quartier sud. Capuche vissée sur la tête pour se protéger du soleil, elle errait tranquillement au travers de la zone industrielle déserte à la recherche d’un endroit qui correspondrait à la description du message. Un terrain vague... ça ne devrait pas être trop compliqué à trouver pourtant, si ? A vrai dire, ce quartier entier était comme un immense terrain vague. C’était un peu pour cela qu’elle n’y allait jamais. C’était vraiment calme.

Au détour d’un vieux hangar de stockage désaffecté, Auxallys arriva finalement à une grande étendue déserte. L’herbe recommençait à pousser sur la terre nue, abandonnée depuis trop longtemps. C’était probablement l’endroit qu’elle cherchait, mais... il n’y avait personne. Elle ne détectait pas la moindre présence dans cette zone. C’était bizarre. Est-ce qu’elle devait appeler ?

Elle fit un pas en avant, puis un second. C’était un peu oppressant, de se dire qu’il y avait peut-être quelqu’un tout près, sans qu’elle ne puisse s’en rendre compte. Finalement, après quelques secondes d’hésitation, elle se décida à appeler.

« ... Tonbo ? »

Seul le vent lui répondit, hurlant au travers la structure métallique du bâtiment proche. Peut-être qu’elle n’avait pas parlé assez fort ? Elle mit ses mains en porte-voix et essaya encore :

« Tonbo, montre-toi ! »

A nouveau, il n’y eu que le vent pour lui répondre. Peut-être s’était-elle simplement trompée d’endroit. Après tout, il devait y en avoir beaucoup, des terrains vagues comme celui-là ici. Légèrement désappointée par cet échec, elle soupira et se remit en route. Finalement, les choses n’allaient pas être aussi faciles qu’elle l’aurait cru. Quelle poisse.


© Code par Requiem
Hayami PinkuMessages : 99
Opales : 1104
Date de naissance : 15/07/1998
Age : 19
Localisation : SPACE MEN (en vrai catalogne)
Humeur : Sourire de benêt c:
Commentaires : J'aime le chèvre o/

ID CARD
Rôle: Chercheuse et vagabonde
Âge: 16 ans
Inventaire:
avatar
No Name

MessageSujet: Re: A la recherche du pain perdu !   Mer 15 Juil - 13:11

A la recherche du pain perdu ! [Feat Auxallys Kinreii; Tomoe Kikuchi;Hayami Pinku et Tonbo]


Hayami Pinku avait eu une semaine bien chargée. Elle avait rencontré puis liée une amitié bien étrange en compagnie d'une petite rousse dénommée Auxallys, puis elles s'étaient subitement séparées après une crise d'hystérie et une perte de connaissance de la folle et ébréchée du cerveau Pinku. Heureusement, les deux filles purent se donner le moyen de se retrouver grâce au stratagème de petits mots laissés chacune à l'autre. Auxallys s'en était retournée chez les Strike Force et Hayami un peu déboussolée, mais néanmoins décidée, poursuivit son expédition seule jusqu'au Brouillard où elle fit quelques recherches intéressantes. Elle caressa un petit lapin et mangea des pommes succulentes et fit moult observations qu'elle nota soigneusement sur son carnet de notes. Sur le chemin du retour elle réalisa une courte halte dans un bar bondé et à l'ambiance électrique du centre ville d'Akashiki. Après sa cuite, la téméraire Haya eut les neurones en friche et incapable de se souvenir de la raison du pourquoi du comment elle était là elle se dit que finalement elle s'en fichait et que tout ce qu'elle voulait sur le moment c'était bouffer. Sur ce, elle se rua dans le Quartier Ouest, vandalisa un entrepôt des Strike Force et s'empara de quelques pamplemousses et autres fruits puis fut poursuivie par des Strike en colère. Sur le chemin de la fuite elle fut secourue par une tête de pamplemousse, qu'on appelle aussi Tomoe Kikuchi. Une sorte d'idylle entre les deux jeunes callipyges naquit alors, depuis elles ne se séparèrent quasiment plus. Se rappelant de sa promesse faite à la petite rouquine Auxa, Hayami décida de rentrer chez elle dans le quartier Sud, lieu du rendez vous préalablement convenue avec Auxallys. Tomoe Kikuchi l'accompagna dans ce périple.

Au milieu de tout ces évènements, Auxallys Kinreii était déjà parvenue jusqu'au Quartier Sud avec un jour d'avance sur Hayami Pinu et Tomoe Kikuchi. En prévision de son possible retard, Hayami avait prévu d'avertir son chat Tonbo qu'il devait guider Auxa jusqu'à son repère secret. Un repère dissimulé et difficile d'accès, perdu dans les recoins tordus des terrains vagues du Sud. Mais comment un chat peut-il obéir à un humain ? Comment un chat peut il guider une personne qui lui est inconnue jusqu'à un endroit caché ? Tonbo n'est pas n'importe quel chat. Il est extrêmement vif et intelligent. S'il daignait obéir à la requête de Haya c'est parce qu'il s'était attaché à elle et qu'un lien fort les unissait. En effet Tonbo avait été sauvé par Pinku qui l'avait soigné et s'était occupée de lui avec amour. Et si Tonbo avait pu être tenu au courant des agissements de sa vénérée maîtresse ce fut lorsque Haya revint du Bord d'Akashiki, elle s'était alors rapidement déplacée dans le Quartier Sud, où traînait son félin adoré, pour l'avertir de l'arrivée prochaine d'une petite rousse. Il fut convenu que si Haya était absente, il se devait de guider et d'offrir du réconfort à la petite fille. Ce sur quoi Tonbo répondit dans sa langue qu'il voulait bien, pour lui faire plaisir et pour avoir plus d'affections et de croquettes au saumon en retour, faire le guide au cas où mais qu'il n'offrirait pas son amour à une autre personne que sa divine maîtresse. Cette petite fille lui fut décrite dans tous les détails que le chat trouvait parfois un peu trop lyrique, limite érotique, en tout cas il saurait la reconnaître, de plus Tonbo avait senti l'odeur de la nymphette sur les vêtements de sa maîtresse. Tonbo n'était point jaloux. Hayami ne resta pas bien longtemps auprès de son chat, elle le délaissa pour aller faire un tour en centre ville et à partir de là tout plein d'aventure lui arriva. Pendant ce temps là, Tonbo flemmardait.

C'est ainsi que quelques jours après que soit partie Hayami, la rouquine et le chat se rencontrèrent.
***


Tonbo se prélassait avec oisiveté sous le soleil d'Akashiki, étendu sur le dos contre l'arrête d'un muret en tendant ses coussinets vers le ciel. Alors que le félin essayait vainement d'attraper les nuages avec le bout de ses griffes, des vibrations infimes mais significatives se firent sentir. Ses moustaches se trémoussèrent, ses oreilles s'agitèrent, sa truffette s'activa et ses yeux s'éveillèrent. C'était elle, la petite nymphette rousse. Elle marchait de manière hasardeuse dans la ruelle poussiéreuse. Tonbo, après un temps à comater devant le spectacle de cette petite enfant perdue se mit finalement à déployer ses pattes puis s'étira élégamment et effectua un vertigineux bâillement à s'en décrocher la mâchoire. Nonchalamment, il descendit le muret et se présenta en s'asseyant en face de la fille. Tonbo se tenait noblement face à elle. Le pelage blanc et opalescent du félin brillait de propreté, pourtant, la poussière qui virevoltait entacha irrévérencieusement sa belle fourrure. Tonbo, révolté, se mit à se lécher avec énergie afin de lustrer son poil.

Après un temps d'énervement pour rendre son éclat à son pelage, en se léchant avidement de tout les côtés, Tonbo finit par abandonner la guerre contre la poussière. Il n'y pouvait rien y faire. Il faudra attendre le retour de Haya. Sa maîtresse lui brosse si bien le poil. En attendant il n'avait toujours pas capté l'attention de la petite rousse. Cette dernière ne le voyait pas et elle commençait à marcher dans une direction opposée en criant son nom. Tonbo la rattrapa en cheminant lestement avec prestance et dignité jusqu'aux jambes de la petite. Il se frotta à elle avec insistance pour lui faire montre de sa présence. Lorsqu'enfin la nymphette leva ses beaux yeux sur lui, Tonbo leva sa tête et fit ainsi teinter son médaillon en forme de cœur. Celui-ci portait l'inscription :


Tonbo
le plus mignon des chats du monde


Tonbo, espérant s'être fait comprendre, partit en direction du refuge. Le chemin allait être difficile pour la petite fille. Le félin, lui, y était habitué. De plus il est petit, agile et fin, donc capable de passer n'importe où. Le périple avait l'apparence d'un parcours du combattant. Tout d'abord il fallait sauter par dessus un mur, pénétrer un vieux bâtiment désaffecté et à demi écroulé, entrer dans un souterrain en ressortir puis arriver à une villa en ruine, y pénétrer, descendre l'escalier jusqu'au sous sol puis, là enfin, on accédait à l'antre de Hayami. Il s'agissait du bunker d'un milliardaire excentrique. Sa villa avait depuis longtemps était vandalisée de fond en comble mais personne n'avait réussi à investir le bunker sous la maison pour la simple raison que l'entrée était inviolable, du moins c'est ce que la porte en acier d'une épaisseur de 50 centimètres présageaient mais il suffisait simplement de tourner la poignet, ce dont personne avant Haya n'avait pensé à faire, il y avait pourtant des traces d'explosifs autour de la porte ainsi que des impacts de balles. Les gens sont parfois un peu limités...

Tonbo, qui avait guidé méticuleusement Auxallys jusqu'au bunker souterrain grattait maintenant la porte d'entrée en miaulant. Tonbo pensait dans sa petite tête de chat : j'espère qu'elle va savoir ouvrir la porte sinon on est comme coincé dans une litière.

Le mécanisme de la porte est assez simple, il suffit de faire tourner vers la droite une sorte de gros gouvernail en acier jusqu'à ce qu'un tic se fasse entendre, à ce moment là la porte s'ouvre et on peut entrer.

Tonbo s'impatiente. Il a hâte de pouvoir rentrer et retrouver son énorme fauteuil, son parcours de chat, ses jouets et surtout ses croquettes au saumon. Le milliardaire excentrique à qui appartenait la maison avait fait du bunker un véritable appartement de luxe, fournit en meubles, objets rares, télés, jeux vidéos, bouquins, nourritures, lits douillets, toilette en marbre, générateur d'électricité, produits high tech, réserve de toutes sortes de fruits, hors mis le plus désiré d'entre tous et au grand damne de Hayami : le pamplemousse. Autre inconvénient, l'ancien propriétaire a juste installé une douche, pas de grande baignoire de luxe, une simple douche qui a d'ailleurs un peu de mal à fonctionner. Quoi qu'il en soit il s'agit d'un appartement idéal, rêvé, paradisiaque, où Hayami centralise toutes ses recherches, ses livres, ses provisions, ses tangas roses.

Pendant ce temps là, à l'autre bout de la ville, Hayami Pinku et Tomoe Kikuchi ont commencé une bataille de polochons. Elles devraient rester au quartier ouest ce soir, ainsi le lendemain elles pourront partir en forme vers le repère. D'après les distances qui séparent les deux lieux et le moment où Tonbo gratte la porte de ses pattes, à savoir la fin d'après midi, les deux demoiselles devraient être arrivées à bon port le lendemain vers le début d'après midi. D'ici là il faudra être patient, et surtout arriver à ouvrir la porte.

Tonbo gratte gratte.
http://ultima-praesidia.forumactif.org/
Auxallys KinreiiMessages : 61
Opales : 1234
Date de naissance : 13/06/1995
Age : 22
Localisation : Derrière toi ♥
Humeur : ... Mmh, tu me parlais ?

ID CARD
Rôle: Assassin
Âge: 14 ans
Inventaire:
avatar
Strike Force

MessageSujet: Re: A la recherche du pain perdu !   Dim 26 Juil - 18:07

A la recherche du pain perdu !


« Bienvenue chez Hayami Pinku »



Mais où était donc Tonbo-chan ? Tout en marchant à sa recherche, la rouquine tentait de s’imaginer à quoi il pouvait bien ressembler. C’était surement un garçon, ça elle le savait à cause du nom, mais le reste... du peu qu’elle connaissait Haya, c’était probablement une personne bizarre. Ce qui n’était pas nécessairement rassurant... oui, Auxallys appréhendait un peu l’idée de devoir compter sur un inconnu. Enfin, ce n’était que jusqu’à ce qu’Hayami vienne la retrouver, après tout.

Puis soudain, quelque chose vint lui chatouiller la jambe. La rouquine réagit au quart de tour et fit un bond de côté, se soustrayant à la caresse maléfique qui l’avait prise au dépourvu ! Qu’est-ce que c’était, ça ? Personne n’avait le droit de lui faire une frayeur pareille ! Pivotant alors qu’elle stabilisait son équilibre suite à une réception maladroite mais néanmoins gracieuse, elle pointa un index inquisiteur vers le coupable de cette mauvaise farce.

... Eh ? Un petit chat, c’était tout ce qu’elle trouva pour lui faire face. Etait-ce encore là un jeu des déesses de cette ville pour la tourmenter ? Pour tout dire, elle n’eut guère le temps de creuser la question, car c’est alors qu’elle remarqua le petit médaillon au cou de l’animal. Apparemment, le chaton voulait lui montrer ça. Elle s’approcha donc prudemment, s’accroupissant pour mieux lire ce qui était inscrit sur le pendentif en forme de coeur.

« Tonbo... le plus mignon des chats du monde... Hya ?! »

Nouveau bond en arrière de la part de la fillette, mettant une large distance de sécurité entre sa personne et le félin. Mais alors, c’était lui Tonbo ? C’était trop pas juste, elle voulait un onii-chan, elle ! En plus, Auxallys n’aimait pas trop les chats, ni les animaux en général. Ce n’était pas non plu qu’elle les détestait, plutôt qu’ils la laissaient de marbre. En somme, l’idée d’avoir un guide félin ne l’enchantait pas vraiment, mais s’il le fallait... Mais ce n’était pas pour autant qu’elle priverait Tonbo de sa mine contrariée. De toute manière, lui ne semblait s’en préoccuper outre-mesure, et s’en allait déjà ouvrir la route vers le refuge.

Le chemin s’apparentait à un véritable parcours d’obstacle au milieu de la jungle urbaine. La première étape n’était qu’un mur à franchir, qui faisait bien deux fois la taille de la rouquine. Heureusement, le mur usé par le temps et les intempéries présentait quelques brèches à-même de servir de prises pour l’escalader, ce qui lui permit de se hisser au sommet sans trop de difficulté. Lorsqu’elle sauta de l’autre côté, Tonbo l’attendait déjà à l’entrée de ce qui ressemblait à une vieille usine désaffectée, donc la structure métallique était rouillée de partout et semblait menacer de s’écrouler à tout instant. Le chaton entra sans hésitation et la guida à travers une grande salle pleine de machines toutes plus étranges les unes que les autres, jusqu’à arriver à une porte entrebâillée à la peinture décollée. Quand Auxallys prit la poignée pour l’ouvrir, elle cru bien qu’elle allait lui rester dans la main tant le mécanisme avait de jeu. Une fois à l’intérieur, il n’y avait qu’un escalier, menant probablement à un sous-sol. Il faisait noir à l’intérieur, mais heureusement, l’éclairage marchait encore. C’était quand même plus pratique pour les humains. Le tunnel n’était pas bien long et déboucha rapidement à une sortie en plein air, à une immense villa en ruines. Alors, c’était là qu’Hayami se cachait ? Elle avait réussi à garder pour elle une maison aussi grande ? Enfin, de l’extérieur, elle ne payait pas de mine, mais l’intérieur devait être habitable, si elle y vivait.

La petite rousse ignora alors son guide et se rua vers l’entrée, bien décidée à explorer toute cette immense bâtisse. Cependant, elle fut vite refroidie quand elle vit l’état de l’intérieur... Des personnes avaient déjà du venir ici et tout piller, il n’y avait plus rien état. Haya allait être triste de voir sa maison dans cet état... peut-être qu’il y avait des choses à l’étage ? Auxallys s’apprêtait à monter les escaliers quand le félin la rappela à l’ordre. Apparemment, il voulait aller ailleurs... ah, mais oui, lui il savait dans quelle pièce Haya se cachait.

« J’arriiiiive, attend-moi Tonbo-chan ~ »

Elle pourrait explorer tout ça plus tard, d’abord retrouver Hayami. Le passage indiqué par le félin la mena à un nouvel escalier, lui-même descendant vers un autre sous-sol. Celui-là n’était pas un passage vers une autre partie de la ville, mais vers une immense porte blindée comme dans les films, que les méchants mettaient de la dynamite à côté mais que ça ne faisait rien tellement c’était solide. Enfin, à peu près ça. Le chaton s’approcha du coin de la porte et se mit à gratter, comme s’il voulait rentrer.

« Mais je peux pas ouvrir ça moi... »

Curieuse, elle s’approcha tout de même pour saisir le gouvernail et tenter de le tourner. Elle essaya dans un sens, puis dans l’autre, de toutes ses forces, mais rien n’y faisait. Impossible de l’ouvrir, cette stupide porte ne la respectait pas. Enervée par cette insubordination, elle agrippa une barre du gouvernail et pesa de tout son poids dessus. Il y eut alors un clic dans le mécanisme, puis un second, et la barre se mit à tourner toute seule, ce qui ne fut pas sans perturber l’équilibre de la rouquine qui s’étala par terre avec un petit cri. Elle se releva péniblement, ses blessures de la veille ravivées par le choc, et tira la lourde porte pour l’ouvrir. Tonbo lui s’était déjà précipité à l’intérieur sans l’attendre...

Et quel intérieur. Auxallys était comme une enfant en découvrant le luxe des appartements d’Hayami. C‘était vraiment à elle, cet endroit ? C’était mille fois mieux que les dortoirs de Strike Force ! Sauf qu’il n’y avait pas d’onii-chans... mais si il y avait Haya, ça ne lui déplairait pas de venir habiter ici. Voyant que Tonbo s’était déjà approprié un fauteuil, elle se jeta sur le canapé de tout son long, enfonçant la tête dans un coussin en soupirant d’aise. Pour elle qui n’avait jamais connu que la rue et appartements miteux, c’était comme un rêve éveillé de pouvoir se détendre dans un tel endroit. Tout aurait pu être parfait... si son estomac ne lui avait pas rappelé un léger détail.

« J’ai faiiiim... Tonbo, il y a à manger ici, hein, dis... »

Pourvu qu’il daigne lui montrer où Haya cachait sa nourriture... Dans le pire des cas, elle pourrait surement trouver par elle-même. Mais si elle ne mangeait rien dans les dix minutes qui viennent, elle n’aurait plus la force de bouger de son canapé. Gentil Tonbo, onegaiii ♥...


© Code par Requiem
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: A la recherche du pain perdu !   
 

A la recherche du pain perdu !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pain perdu à l'ananas
» Le pain perdu
» PAIN PERDU A LA BIERE
» PAIN PERDU AU KINDER
» Pain perdu gratiné :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ushinawareta Seijuku :: Akashiki :: Côté Sud :: Terrains vagues-